Pratique orthophonique

Quelle est ta météo intérieure aujourd’hui ? (+ un kit prêt à l’emploi)

En cette rentrée, le masque est obligatoire dans de nombreux lieux et notamment dans nos cabinets. Ce masque, qui nous couvre une bonne partie du visage, a tendance à « gommer », « estomper » nos expressions faciales, souvent les premiers témoins de nos émotions. Nous paraissons moins expressif, plus mystérieux voire impressionnants pour nos patients de même que notre voix qui peut parfois paraître plus étouffée ou contenue.

J’ai donc voulu profiter de cette occasion avec mes jeunes patients pour prendre le temps de ressentir nos émotions à défaut de les voir !

La météo comme baromètre des émotions

Pourquoi la météo ?

  1. Elle est pleine d’images et facile d’accès pour les plus jeunes enfants qui ne maîtrisent pas encore le vocabulaire ou toutes les nuances des émotions.
  2. Ces images permettent une certaine liberté d’expression de la part de l’enfant. Certains n’associent pas la pluie à la tristesse par exemple ou pour certains, une tornade pourra signifier de la colère, pour d’autres un besoin de se défouler…
  3. La météo illustre bien le caractère changeant de nos émotions ressenties. Elle nous montre que rien n’est figé : nous sommes parcourus, traversés par des émotions mais nous ne sommes pas définis par elles. Nous ressentons une émotion à un moment, puis dans une heure cela aura peut-être changé. Tout est en mouvement et c’est normal.

Pourquoi faire mon bulletin ?

Intérêt : apprendre à l’enfant (ou à l’adulte ! cet exercice fonctionne très bien pour tout le monde) dès le plus jeune âge à reconnaître ses émotions. Reconnaître ses émotions pour pouvoir les accueillir, les exprimer, les apaiser.

Nous permettre aussi de mettre en correspondance des émotions et des sensations physiques (positives ou négatives comme des tensions, des palpitations par exemple).

Cette activité est universelle. En orthophonie, les applications sont aussi multiples : autisme, bégaiement, troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité…et j’en passe !

Précaution pour l’adulte ou le thérapeute :
En tant qu’adulte particulièrement, éviter de se culpabiliser de percevoir telle ou telle émotion (exemple : « Oh je suis encore tellement tendue ou en colère ! Je n’arrive pas à changer ça ! Je suis nulle » etc.. ). Plutôt que de se juger, prendre le temps de se découvrir avec bienveillance. Se rappeler que tout le monde connaît des émotions négatives comme positives et les mêmes pensées associées.

En pratique

Voici une proposition d’introduction à la météo des émotions pour un jeune enfant :  » Aujourd’hui, nous allons faire la météo de nos émotions. Nos émotions sont un peu comme la météo dans le ciel. Par exemple, dans la même journée, il peut y avoir du soleil, des nuages, de la pluie et même de l’orage ! A l’intérieur de nous, c’est pareil ! Dans la même journée, tu peux être traversé par plein d’émotions ! Connais-tu ces émotions ? » (l’enfant verbalise éventuellement des émotions qu’il connait s’il le souhaite).

Si l’enfant a des difficultés à identifier son émotion, on peut lui proposer un petit exercice de pleine conscience comme celui-ci :

https://audioblog.arteradio.com/blog/152498/podcast/153313/meteo-interieure

A la suite de cette mise en situation, nous pouvons proposer à l’enfant un support imagé : l’enfant choisit une étiquette correspondant à l’émotion qu’il ressent. Nous pouvons aussi présenter les images sous forme de roue.

Voici une proposition de support imprimable à télécharger en pdf que j’ai réalisé :

Je n’ai pas nommé volontairement les images afin de laisser la liberté à l’enfant d’y mettre ce qu’il souhaite.

A force de pratique, l’enfant ou vous-même prendrez votre météo intérieure naturellement à certains moments de la journée (en voiture, avant de s’endormir, en marchant…). Peu à peu, vous (ou l’enfant) êtes à votre écoute.

Il est tout à fait possible d’utiliser cette activité en début de séance d’orthophonie (quelques minutes pour la présentation et moins si l’enfant est habitué à identifier son émotion). L’orthophoniste peut aussi réaliser l’exercice et choisir une émotion. C’est un support potentiel d’échange langagier et de communication, il développe aussi l’empathie !

Cette activité peut être proposée aux parents en accompagnement parental et à la maison (au delà de son intérêt premier dans la gestion des émotions, elle peut être un bon support d’échanges et de partage avec les parents et les autres membres de la famille).

a mother kissing her child
Photo by Andrea Piacquadio on Pexels.com

Identifier ses besoins

Après avoir réalisé l’activité et identifié son émotion du moment, nous pouvons demander à l’enfant : « Maintenant, tu peux te demander de quoi as-tu besoin ? »

Nous pouvons au besoin lui suggérer des choses : besoin de respirer profondément, de bouger, de parler, de sourire, d’une petite chanson que tu aimes, de raconter une histoire, d’un câlin…

Quelques idées de remédiations :

  • colère : dessiner ou écrire la colère sur un papier, en faire une boulette et la mettre dans une boîte
  • peur : dessiner ou écrire la peur, la faire en pâte à modeler, jouer à la combattre avec ses jouets préférés, utiliser le sort « ridiculus » d’Harry Potter qui consiste à ajouter un accessoire ridicule à la chose qui fait peur et qui la rend moins effrayante.

J’espère que cet article aura pu vous être utile. Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner au blog ou via les réseaux sociaux.

Merci à vous !

Aliénor

Nb: cet article et les propositions qui en découlent ont été inspirées par mes lectures et ma pratique clinique. Je remercie Eline Snel particulièrement.

Références :

SNEL Eline, Calme et attentif comme une grenouille, Les Arènes, 2012 (accompagné d’un CD contenant 11 méditations guidées par la voix de Sara Giraudeau)

Autres supports :

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.